Véronique DUBOS

Mise à jour 11 octobre 2004

 

Commentaire pedigree ?

[ça va pas du tout cette histoire]

La saga des pedigree

 

La petite histoire

Avant le déluge

Liberté des prix : les clubs disposant d'un livre d'origine appliquent le prix qui leur semble convenir au service offert, en fonction de la concurrence.

Exemple : ANCFF, le pedigree 3 générations coûte 120F (soit 18 €), le pedigree 5 générations 200F (soit 30 €), et un délai ne dépassant pas 1 mois pour le CFE.

Après le passage au livre unique

Tarif unique : 27 €45 (cf. tarif sur le site du LOOF à la page "demande de pedigree")
Délais variables selon les époques. Par exemple, le LOOF annonce dans son rapport d'activité 2003 que quelques 15 800 pedigrees ont été réalisés en 2003. Et précise que par rapport aux +/- 11 000 de l'année 2002, il faut savoir que les chiffres 2003 sont artificiellement gonflés en raison d'un rattrapage de retard accumulé en 2002.

Janvier 200

Passage à 25 € par pedigree. Pourquoi ? Mystère ? Enfin on se doute

A l'époque, les comptes du LOOF n'étaient ni plus ni moins déséquilibrés qu'ils ne le sont actuellement.

Néanmoins, cette baisse du prix du pedigree correspondait à une réalité économique. En effet, après 2-3 ans d'activité du livre unique, le temps nécessaire à l'édition d'un pedigree a très très fortement diminué, d'où une baisse des frais de main d'oeuvre : la baisse des prix pratiqués permettait aux éleveurs de bénéficier très partiellement de la baisse du prix de production du pedigree. CQFD.

Je m'explique : La baisse du prix de production du pedigree est automatique dans un système centralisé.

  • Dans l'édition d'un pedigree, la partie qui prend le plus de temps, donc la plus coûteuse au niveau salarial, c'est la phase de saisie informatique de la généalogie des 2 parents : il faut que la malheureuse secrétaire recopie sans se tromper le nom, la race, la couleur, le livre d'origine, le numéro de pedigree de 3 générations de chats. C'est fastidieux, source d'erreur, et ça demande pas mal de temps. Or, lorsque tout est centralisé
    - les reproducteurs "en service" sont déjà rentrés dans la base de donnée
    - les nouveaux reproducteurs sont essentiellement des chats dont le pedigree a été édité par le LOOF et donc déjà dans l'ordinateur. Seuls quelques chats importés nécessitent qu'on rentre entièrement leur pedigree dans la machine (et encore, avec un peu de chance, une partie de leurs ascendants sont déjà dans la base de donnée puisque les importations viennent souvent des mêmes élevages).
    Donc au final, gain de temps phénoménal pour la secrétaire.
  • Ensuite, éditer le pedigree ne demande plus que la saisie de quelques paramètres par portée.
  • Finalement, le temps total consacré par le personnel à la fabrication d'un pedigree est actuellement bien moindre qu'aux premiers temps des premiers documents LOOF. L'amélioration de la productivité permet à l'employeur des économies substantielles. Et dans un système loi 1901, à but non lucratif ...

A partir du 1er mai 2004

Décision du conseil d'administration, c’est à dire sauf erreur de ma part :
* Gérard Destal,
* Suzanne Arelli, Patrick Challain, Michel Leroi, Jean-Pierre Stievenazzo,
* Patrick Leterrier,
* Catherine Bastide, Pascal Pobé, Jannick Renault,
* Jean Desnos, Adamante Donsimoni)

  • Le pedigree reste à 25 € mais on ajoute que la déclaration de naissance devra être accompagnée d'un règlement de 10 € par chaton, somme qui passe à 20 € si le délai de 1 mois est dépassé !.

Soit 35 € le pedigree si tout va bien, et un coût restant à calculer si un ou plusieurs chatons meurent entre la déclaration de naissance et la demande de pedigree.

A remarquer, si le LOOF, lui, a du retard, il vous fait un avoir de 5 € Si, si ...

 

Vous pouvez lire ici les explications du LOOF dans le texte : "Information aux éleveurs", au format PDF.

Pour se résumer, ces nouveaux frais de gestions "s'expliquent" par :

Il y a des gens qui déclarent les naissances et ne demandent pas de pedigree car ils vendent ces chatons sans papiers. Tout ça fait des frais au LOOF.
  • C'est exact.
  • Mais sur le décalage de 30 à 40% entre les chatons nés et les pedigree
    • on estime classiquement la "perte" dans l'élevage des carnivores à quelques 20% (ça vaut ce que valent les statistiques, je sais). Mettons 10% entre une date de déclaration de naissance raisonnable et une demande de pedigree raisonnable.
    • les disons 25% restant doivent avoir une justification. 
      * ces éleveurs sont-ils des imbéciles, qui s'amusent à faire des courriers alors qu'ils ne veulent pas demander de pedigree ?
      * ces éleveurs sont-ils des analphabètes, qui n'ont pas lu que dans une portée, il fallait demander un pedigree pour chaque chaton, même les tordus et les moches ? "Tous les chatons nés doivent faire l'objet d'une demande de pedigree sauf s'ils sont morts et bien morts, papier à l'appui."
      * ces éleveurs sont-ils des radins, qui n'ont pas calculé que en pourcentage, le prix du pedigree modifie peu la balance financière, qu'elle soit négative ou positive ?
      * ces éleveurs sont-ils des malhonnêtes, qui préfèrent vendre leurs chats sous la table, et assez maladroits pour laisser des traces écrites ?
      * ou y-a t-il d'autres explications possibles ?
  • Sachant que
    • le coût de traitement de ces dossiers se calcule par portée, pas par chaton, pourquoi des frais de déclaration par chaton
    • il est précisé que tous les chatons doivent faire l'objet d'une demande de pedigree à moins d'avoir un certificat de décès en bonne et due forme, on peut supposer que le LOOF contrôle ces attestations. Et donc a les moyens de punir sélectivement les "fraudeurs" sans avoir besoin de recourir à la mise en jeu d'une responsabilité collective d'une majorité d'éleveurs honnêtes.
Certains malhonnêtes font les demandes pour obtenir un n de dossier qui leur permet de vendre leurs chatons en exposition, puis annulent la demande. Encore des frais pour le LOOF.
  • C'est vrai ? !
  • Mais alors,
    • c'est de la fraude caractérisée.
    • le LOOF est sensé avoir tous les éléments en main pour pincer les fautifs (contrôle des pedigree, contrôle des expos, etc. par le personnel du LOOF et les membres du CA ?)
  • Alors pourquoi répartir ce type de frais sur tous les éleveurs ?
Certains dossiers sont incomplets, mal ficelés pour une raison ou une autre, et nécessitent des lettres, coups de téléphone, etc.
  • Ca ne fait aucun doute. D'ailleurs tous les clubs sont confrontés à ce genre de choses, qui grève sérieusement un budget !
  • Mais
    • toujours même type de remarque, frais par portée
    • il faudrait peut-être permettre à ceux qui ont besoin de compléter un dossier de contacter qui de droit
  • Et encore une fois, on préfère faire jouer une "responsabilité collective" plutôt que de facturer les enquiquineurs.

 

Mais au fait, ces fameux frais supportés par le LOOF, ils se montent à combien ?

Et si on disait simplement que "Le LOOF a besoin d'argent" ? C'est pas honteux si on en a besoin pour quelque chose de constructif, de positif ... pour l'élevage, les chats, les éleveurs ...

 

Septembre 2004

Confusion pedigree - affixe, ou quand les mots n'ont plus de sens

Jusqu'à présent, et c'était une règle assez générale,

  • on distinguait bien
    • le pedigree, document généalogique individuel,
    • et l'affixe, facultatif, opportunité offerte d'ajouter un "nom de famille, une marque de fabrique" à des animaux satisfaisants aux règles d'obtention d'un pedigree.
  • l'éleveur gardait toute liberté
    • de demander ou non un pedigree pour une portée en mesure d'en obtenir un
    • d'avoir ou non un affixe (dans le deuxième cas, le chat s'appelait Pompon ***)

En lisant attentivement le recto des déclarations de saillie et de naissance émises par le LOOF (au format PDF) en août septembre 2004, on constate qu'il est écrit en toutes lettres :
"Si vous n'avez pas d'affixe, il est indispensable que vous en preniez un" !

Et ça n'a pas l'air de gêner qui que ce soit !

Bien sur,
- ceux qui ont déjà un affixe ne se sentent pas concernés
- les "nouveaux" qui débutent n'ont pas pleinement conscience de l'énormité de ce qu'on leur annonce comme une évidence.

Du numéro comme affixe ou comment transformer un code éventuellement généré automatiquement par la base de données en une trace lisible sur le pedigree

La dernière circulaire LOOF dont je dispose continue de distiller progressivement les informations (décidément, dans certaines circonstances il devient possible d'informer rapidement les éleveurs). Vous pouvez lire dans le texte cette mesure du loof (au format PDF).

Là, on enfonce le clou avec la suppression des " *** ", remplacées autoritairement par des affixes W et Z.

Jusqu'à présent, lorsqu'un éleveur ne voulait pas d'affixe, ce qui était son droit le plus strict, le nom de ses chatons était suivi de "***" sur le pedigree. Maintenant, on va lui attribuer un numéro "pour permettre la lecture des pedigree" !

  • En d'autres termes, le chaton s'appellera Pompon WW E2F3 ou Moumoune ZZ E2F3 (heureusement que le ridicule ne tue pas), ce qui, j'en conviens, sonne beaucoup mieux et facilite grandement la lecture du pedigree .... Vive la transparence !
  • L'argument "pour permettre la lecture des pedigree" ne me semble pas être le plus adapté à la situation.

Notons au passage une question de vocabulaire. Je cite le loof " Le nom de chatterie  … permet de différencier les lignées et de faire progresser l’élevage tant sur le plan sanitaire que sur le plan du phénotype ".

* Sans redonner la définition de " lignée", "chatterie", je signale que ces 2 mots n’ont rien à voir. Il suffit d’ouvrir un dictionnaire.
Un affixe ne permet pas de différencier les lignées; des chats d’une même lignée ont souvent des affixes différents ; des chats portant le même nom de chatterie sont souvent de lignées distinctes.

* En quoi le nom de chatterie fait progresser l’état sanitaire ou le phénotype ?
S’il s’agit d’une tournure elliptique, le raccourci est tellement saisissant que je ne comprends rien à la phrase.
Si c’est une formule magique, dont le vocabulaire bien spécifique est destiné à toucher les initiés, tout cela me fait penser à … autre chose.

T'en veux t'en veux pas, c'est le même prix

Et, cerise sur le gâteau, ce "service supplémentaire offert" par le LOOF, est bien sûr accompagné d'une contrepartie financière.

  • Les éleveurs qui fonctionnaient déjà avec ce système se verront attribuer un numéro en WW gratuitement (l'inventeur du système travaillait-il dans une concession automobile avant de se reconvertir dans la gestion des pedigree ?). Ou ils pourront prendre un affixe à 50 € .
    Là, j'aimerais bien avoir des chiffres. Combien existe-t-il d'éleveurs de chats (des vrais, au sens de la loi, avec au moins 2 portées par an) immatriculés en WW. Chez le chien, il existe effectivement de gros producteurs qui n'ont pas d'affixe. Chez le chat, j'ai plutôt l'impression que les utilisateurs de "***" sont des particuliers qui ont fait une portée occasionnelle. Dans ces conditions, leur "offrir" un WW ne devrait pas créer un trou dans les comptes du loof.
  • Les nouveaux éleveurs qui auraient bien aimé utiliser le système des étoiles se verront facturer un système en ZZ au prix de l'affixe.

 

Bilan financier pour l'éleveur

Quelques chiffres pour se fixer les idées

Mettons un novice qui a la mauvaise idée de vouloir faire reproduire sa chatte de race et l’idée encore plus absurde de demander des pedigree pour ses chatons de manière à ne pas perdre le travail de sélection effectué depuis une centaine d’années par les éleveurs amateurs qui l’ont précédé.

Bien sur, y’en a qui sont pas si bêtes et vendent des chats soit disant de race, au prix du chat de race, sans s’enquiquiner avec toutes ces formalités.

Cas d'un particulier qui fait 1 portée de 4 chatons "sans problèmes":

Affixe, OBLIGATOIRE (?? !!), mettons le moins cher 1 x 50 €
Frais de gestion sur la déclaration de naissance 4 x 10 €
Frais de pedigree 4 x 25 €
Total portée 190 € pour 4 chatons 

 

Soit un coût final global "indirect" mais néanmoins réel de 47 € 50 par pedigree chaton
Variation résultante
Passage de 25 € le 31 mars 2004 à 47 €50 en septembre 2004
augmentation de 90%

Juste pour la beauté des chiffres, cas d’un particulier qui a la poisse :

Sa chatte lui donne 6 chatons mais suite à un problème post-sevrage, il ne lui reste qu’un chaton 2 mois après. Il a donc déclaré et payé des "frais de gestion" pour 6 chatons.

Comme il n’y connaît rien, c’est sa première et unique portée, il a du retard dans sa déclaration de naissance ce qui lui permet de bénéficier du tarif spécial.

Affixe, OBLIGATOIRE (?? !!), mettons le moins cher 1 x 50 €
Frais de gestion sur la déclaration de naissance 6 x 20 €
Frais de pedigree 1 x 25 €
Total portée 195 € pour 1 chaton

 

Soit un coût final global "indirect" mais néanmoins réel de 195 € par pedigree chaton
Variation résultante
Passage de 25 € le 31 mars 2004 à 195 € en septembre 2004
augmentation de ... j'en parle pas, c'est artificiel

 

Prenons maintenant le type qui veut faire un petit élevage familial, juste 1 portée par an. Il n’est pas éleveur au sens de la loi, donc n’a pas besoin d’un certificat de capacité ou de Siret. Il doit juste déclarer la vente de ses chatons aux impôts.

Il fait chaque année pendant 3 ans une portée de 4 chatons qui poussent sans problème. Je pars du principe (simple hypothèse de travail) que les tarifs n’augmentent pas durant ces 3 ans.

Cas d'un particulier qui fait 1 portée de 4 chatons "sans problèmes" par an :

Affixe, avec formation intégrée rendue artificiellement " obligatoire" 1 x 230 €
Frais de gestion sur la déclaration de naissance 3 ans x 4 chatons x 10 €
Frais de pedigree 3 ans x 4 chatons x 25 €
Total pour 12 chatons sur 3 ans 650 €
Total portée 216 € pour 4 chatons

 

Soit un coût final global "indirect" mais néanmoins réel de 54 € par pedigree chaton
Variation résultante
Passage de 27 € 50 le 31 mars 2004 à 54 € en septembre 2004
augmentation de 96%

NB :
Cet éleveur aurait payé un affixe 30 €, frais à repartir sur les 12 chatons obtenus, soit 2 €50 par pedigree demandé. D'où 25 € + 2 €50 = 27 €50 par pedigree.

Conséquences possibles

Bien sûr, le simple doublement du prix global du pedigree ne va pas mettre les éleveurs sur la paille : 50 € sur un chaton vendu 650 €, ils doivent pouvoir assumer, même et surtout ceux qui sont déjà en déficit chronique !
Mais au final, l'impression désagréable qu'on leur demande toujours plus, qu'on ajoute des frais aux obligations et aux contraintes (qu'il serait bon de justifier), sans leur apporter grand chose en échange, ni à eux, ni au chat, ni à l'élevage, le sentiment finalement qu'on les prend quand même un peu quelque part pour des vaches à lait, la perspective de ne plus avoir aucune liberté d'action et de devoir demander une permission en 3 exemplaires dés qu'il y a l'ombre d'un choix à faire, tout cela finit par mettre une mauvaise ambiance.

Quelle va être la réaction de l’éleveur passionné ?

Toujours plus de contraintes sur ce qui devrait être un plaisir, ça gâche un peu le plaisir
Toujours plus de frais qui s’ajoutent au déficit chronique, ça finit par énerver, même si on n’est plus à 100 € près.

Pour l’instant, ce type d’éleveur se plie de mauvaise grâce aux augmentations de tarifs (il a l’habitude d’être une vache à lait) mais les contraintes successives le découragent ou l’amènent à trouver des solutions alternatives pour continuer l’élevage (qu’il fait sérieusement) sans en subir les contraintes.

Dans l’avenir : ??

Que va faire l’éleveur "de base"

J’appelle ainsi des gens qui aiment bien la race, font régulièrement des portées, de qualité honorable. Ils ne cherchent pas forcement à produire le champion du siècle, ne poussent pas sur les expos auxquelles ils participent néanmoins régulièrement (ce qui contribue à faire tourner le système). Ils aiment bien ce qu’ils font, mais ne sont pas prêts à perdre inutilement du fric. Ils trouvent du plaisir à faire une portée, à avoir des chatons, ils ne voient pas l’intérêt de toute la bureaucratie qui englue de plus en plus le monde de l’élevage. Ils ne font pas énormément de portées mais le font très régulièrement et sont des clients réguliers et sûrs des prestations du LOOF.

Pour l’instant,
- La multiplication des prix par 2 et la bureaucratie croissante les perturbent.
- Pour contourner les contraintes administratives, ils sont à l’origine de l’émergence d’une catégorie d’éleveurs : les éleveurs qui jusque là faisaient des chats à pedigree et qui maintenant font (en plus ou à la place) du chat sans pedigree. Et je ne parle pas là des petits malins qui "font du chat au noir". Non. Ces chats là sont identifiés, vaccinés, vendus avec un certificat de vente. Seulement ils n’ont pas de pedigree. A la limite, sachant que la plupart des chats sont destinés à être castrés, cela n’a aucune importance pour l’acheteur qui achète sciemment, en toute connaissance de cause, un chat "de type".Mais au niveau génétique, pour la race, cela est préjudiciable.
- Pour contourner les contraintes administratives et législatives, certains sont tentés de faire de faux pedigree. Scandaleuse dans une logique d’éleveur sélectionneur, cette pratique permet à quelques tricheurs de conserver ce qui est un passe temps à la fois agréable et permettant de mettre un peu de beurre dans les épinards. Leur argument, pour ceux qui souhaitent garder bonne conscience, est : après tout n’est-ce pas, pour l’acheteur qui va castrer son chat, quelle différence que le pedigree fournit ne soit pas vraiment exact… Vu comme ça bien évidemment !

Dans l’avenir ?
Cette accélération de la création d’un marché parallèle, quasi inexistant jusque là chez le chat (alors qu’il existe depuis longtemps chez le chien) n’est pas sans poser problème. Il y a peu de temps encore, le marché du chat sans pedigree comprenait essentiellement du chat très éloigné du type : Le pseudo siamois qui n’est qu’un gouttière colourpoint, le pseudo maine coon qui n’est qu’un gouttière à poil mi-long, le pseudo persan, gouttière à poil plus long. Maintenant, on commence à voir des chats "de type" qui ressemblent à une race. Les éleveurs de chats à pedigree apprécieront. Les tenants de la promotion du chat de race également.

Comment l’éleveur "professionnel" va-t-il s'adapter ?

Pour l’instant,
Pour tout ce qui est contraintes administratives, il est déjà à jour.
Pour ce qui est des prix, pour l’instant, il accepte, bien obligé mais ça pourrait évoluer …

Dans l’avenir ?
Il va bien falloir rééquilibrer les comptes.
- Peut être en se professionnalisant toujours davantage. Les partisans de l'élevage familial apprécieront.
- Peut-être en délocalisant (virtuellement) leur élevage.
- Les éleveurs réellement professionnels sont encore rares. Certains conçoivent effectivement cette activité comme une source de revenus. Numériquement peu nombreux, ils sont néanmoins de gros clients du LOOF, et des clients rentables puisque leurs reproducteurs sont tous dans la base de donnée ce qui permet de substantielles économies dans l'édition des pedigree. Ils arriveront peut être à des arrangements ?

Et l’éleveur débutant sensé remplacer les aînés et assurer la relève ?

De quel côté va-t-il pencher ?
- Le marché parallèle ?
- La professionnalisation ?
- L'abandon rapide ?
- L'élevage familial de sélection malgré tout ?

Bilan financier pour le LOOF

Admettons que l'instauration de frais de gestion ne modifie pas le comportement des éleveurs et que la situation reste identique.

Je pars des chiffres fournis par le LOOF,  situation actuelle pondérée des variations etc. : 12 000 pedigree par an pour 16 200 naissances (soit 4 200 déclarations de naissance sans suite).

Remarque, je pourrais partir des prévisions LOOF sur 2004 qui sont de qq 14 000 pedigree sur 2004 mais je préfère partir (pour les calculs) d'un peu trop bas que d'un peu trop haut.

Gain total supplémentaire = 162 000 €

soit 1 061 000 Francs

10 € de "frais de gestion" exigés lors de la déclaration de naissance pour ces 12 000 pedigree = 120 000 €
30 à 40% de naissances déclarées sans demande de pedigree, pour lesquels ces 10¤ seront perçus : 35% x 12 000 x 10 € =

dont 10% de chatons morts entre temps, 10% x 12 000 = 1 200
et 25% de "fraude", 25% x 12 000 = 3 000

42 000 €

Et là dedans, je ne tiens pas compte des entrées indirectes liées aux affixes …

J’ai dans l’idée que 1 million de francs de recettes sans offrir en fait de service supplémentaire ( !), ça couvre un peu plus que ce que coûtent quelques dossiers incomplets.

 

Je peux reprendre les comptes en partant sur l'hypothèse du LOOF c'est à dire une fraude éhontée, et en estimant que la fraude disparaît du fait des mesures remarquablement efficaces du LOOF.

Plus haut, j'avais estimé les non déclarations liées à la mortalité à 10%, restait donc 25% "d'indélicatesses" des éleveurs.

La politique du LOOF amène les éleveurs à réfléchir et ils décident en masse de demander un pedigree pour chaque chaton déclaré né. Finalement, cela fait 25% de pedigree en plus sur les 12 000 donc 3 000 pedigree de plus, 1 200 déclarations ne se traduisant pas par un pedigree pour la bonne raison que le chaton est mort entre deux. On édite donc 15 000 pedigree en tout.

Gain total supplémentaire = 237 000 €

soit 1 552 000 Francs

10 € de "frais de gestion" exigés lors de la déclaration de naissance pour les 12 000 pedigree = 120 000 €
pour les 3 000 pedigree supplémentaires
* 10 € de "frais de gestion" exigés lors de la déclaration de naissance =
* 25 € de "frais d'édition de pedigree"  =
 
30 000 €
75 000 €
10% de naissances déclarées non suivies d'une demande de pedigree pour cause de décès, pour lesquels ces 10 € seront perçus : 10% x 12 000 x 10 € = 12 000 €

Toujours sans prendre en compte des entrées indirectes liées aux affixes …

 

Je peux reprendre les comptes en partant sur l'hypothèse que les éleveurs trichaient mais qu'ils tirent les conséquences des mesures du LOOF, et ne font plus de déclaration que pour les chatons auxquels ils veulent effectivement donner un pedigree.

Le nombre de déclarations de naissance baisse donc de 25%. 12 000 - 25%, cela ne fait plus que 9 000 pedigree à éditer. Les 3 000 déclarations de naissance laissées indûment sans suite disparaissent. Pour les chatons malencontreusement décédés entre la déclaration de naissance et la demande de pedigree, le chiffre reste le même 1 200.

Gain total supplémentaire = 102 000 €

soit 668 000 Francs

10 € de "frais de gestion" exigés lors de la déclaration de naissance pour ces 9 000 pedigree = 90 000 €
10% de naissances déclarées non suivies d'une demande de pedigree pour cause de décès, pour lesquels ces 10 € seront perçus : 10% x 12 000 x 10 € = 12 000 €

Et là, je ne prend pas en compte l'éventualité que des éleveurs jusque là réglos décident de faire finalement du chat sans pedigree.

 

Bien sur, le résultat global se situera quelque part entre ces situations extrêmes. 

A vos calculettes !

 

 

[ Commentaire pedigree ? ] Declaration de naissance ] Demande de pedigree ]