=> Navigation depuis la page accueil

=> Informations concernant la page

René POTTERS & Nicole BROERS (NL), Chatterie “K'ung Fu-Tse's”, Traduction de Dominique CORROENNE (F), Chatterie “de Mahat Mata”

Septembre 2003, Mise en ligne 2 février 2006

Liens vérifiés le 18 mars 2007

"L" Balinais et Mandarins

[Mandarin chocolat, Kung Fu Tses]

Élevage du Balinais et du Javanais

En Europe, on considère que le Siamois, l’Oriental Shorthair, le Balinais et le Javanais appartiennent à la même race. Le Balinais est la "version à poils longs" du Siamois et le Javanais la "version à poils longs" de l'Oriental Shorthair. Ce dernier a plusieurs appellations : la FIFe les appelle Javanais, dans les clubs indépendants (aux Pays-Bas), on les appelle Mandarins. Le nom générique donné à cette race est Oriental Longhair.
Dans la mesure où elles appartiennent à la même race, il est possible que ces quatre variétés naissent au sein d’une même portée. Néanmoins, tous les éleveurs ne laissent pas les choses aller si loin, ni même ne les approuvent, parce que dans ce cas, on ne pourrait plus parler de poils courts purs.

Origine

Le Balinais est d'origine américaine et est apparu vers 1950.
Pendant des années, il arrivait régulièrement que de temps à autre, des chatons à poils longs naissent dans des portées de certaines lignées de Siamois. En général on considérait ces chatons comme inférieurs, parce que le gène "poils longs" les empêchait d'être présentés en concours. Jusqu'au jour où, un éleveur américain apprécia ces chatons à poils longs sans s’embarrasser de question de pureté de race. A partir de ce moment, certains éleveurs commencèrent à élever des Siamois dans l'intention d'obtenir des chatons à poils longs.
Le Siamois à poils longs (comme on l'appelait encore) devint de plus en plus populaire et obtint son propre nom : le Balinais. Les gens trouvaient ce genre de chats si gracieux et élégants qu'ils faisaient penser aux danseurs des temples balinais.

Quand l'existence des Balinais fut avérée, le pas vers un Oriental à poils longs fut facilement franchi. On croisa un Oriental à poils courts avec un Balinais pour introduire la caractéristique "poils longs". C'est ainsi que le Javanais naquit de ce croisement.

Relations entre les 4 races

Les Balinais et les Javanais sont étroitement apparentés aux Siamois et Orientaux à poils courts et leur ressemblent à presque tous points de vue :

  • Ils sont de type oriental, avec un corps musclé, long et tubulaire.
  • La tête est triangulaire, triangle de préférence équilatéral.
  • Le nez doit être long et droit, ou même un profil romain. Les yeux sont en amande et inclinés. Les yeux d'un Balinais sont bleu foncé, alors que les yeux d'un Javanais sont vert émeraude.
  • Le Balinais a une fourrure de couleur claire, dont les pointes sont plus sombres que le reste du corps. En revanche le Javanais est entièrement coloré, uni ou tabby (mackerel, spotted, ticked ou blotched).
  • La seule différence est la longueur de la fourrure. La fourrure des variétés à poils longs est lisse, brillante et soyeuse. Le gros avantage de cette fourrure est qu'elle n'a pas tendance à s'emmêler puisqu'elle n'a pas de sous-poil. Ce qui n'empêche pas le brossage des poils morts lors des mues.
  • Le plus impressionnant et frappant chez le Balinais et le Javanais est sa queue touffue ! On la compare souvent à la queue d'un écureuil.

 

Les Balinais et Javanais se comportent tout comme leurs cousins à poils courts, comme de vrais mousquetaires. Ils ont du caractère, toujours un peu coquin et plein de vie. Ils sont très actifs, acrobates, toujours à tenter de nouvelles expériences. Ils rapportent et transportent des objets, ouvrent les portes et sont particulièrement joueurs.

  • Ce sont des chats bavards avec une voix bien particulière, très reconnaissable. Ils tentent le plus possible d’attirer l'attention et n’entendent pas rester à l’arrière plan ou laisser indifférent.
  • Ils sont tout le temps avec leurs propriétaires et également très sociables entre eux. Ils investissent votre bureau, dorment dans un fauteuil les uns dans les autres, en un tas impossible à démêler et se couchent sur vos genoux pour y être caressés de longs moments.
  • Ces chats sont très curieux et rien ne leur échappe. Ils s'occupent de tout ce qui se passe dans la maison. Ils font le lit, aident à la lessive et inspectent chaque placard.
  • Les visiteurs n'ont pas à chercher ce genre de chats : peu après leur arrivée le chat Oriental viens vers eux pour faire connaissance et s'installer sur leurs genoux. Pendant ce temps, un autre chat trouvera de son devoir de regarder dans leur sac.
  • Ces chats ont vraiment une personnalité et n’entendent pas la masquer !

 

Génétique

Coté génétique, quelques principes de base pour commencer :

  • Il existe 2 sortes de gène : les gènes dominants (écrits en majuscules) et les gènes récessifs (indiqués en caractères minuscules). Par exemple, le gène "poils courts" est noté "L" et le gène "poils longs" est noté "l".
    • Un gène dominant a besoin d'être présent chez un seul des parents du chaton.
    • Un gène récessif doit être présent chez les deux parents pour s’exprimer chez le chaton.
  • Le phénotype est l'apparence externe du chat. Le génotype est la carte génétique du chat.
    • Un chat homozygote est porteur des deux même gènes ("LL" ou "ll"). Son phénotype est identique à son génotype.

Un chat a deux gènes qui déterminent la longueur de ses poils.

  • Un "pur poils courts" possède deux gènes poils courts : "LL"
  • Un "poils longs" a deux gènes poils longs : "ll"
  • La combinaison "Ll" est aussi possible. Le chat porte un gène  poils courts  et un gène "poils longs". Le gène "poils courts" est dominant. Cela signifie que ce chat a l'apparence d'un poils courts, mais est porteur du gène "poils longs". Ces chats sont appelés "Variants".
    • Un Balinais variant (certaines personnes les appellent Siamois variants) est extérieurement identique à un Siamois (phénotype poils courts), mais est porteur du gène "poils longs".
    • Un Javanais variant (ou Oriental Shorthair variant) a le phénotype d’un Oriental Shorthair, mais est porteur du gène "poils longs".

 

Ci-dessous, vous pouvez voir 2 tableaux qui nous montrent la façon dont les chats transmettent leurs gènes lorsqu'ils sont homozygotes à poils courts (Tableau 1) et lorsqu'ils sont homozygotes à poils longs (Tableau 2).

Tableau 1 : Croisement d'un pur poil court avec un pur poil court.
♀\♂ L L
L LL LL
L LL LL

=> 100% de chatons poils courts ("LL")

Tableau 2 : Croisement d'un poil long et d'un poil long
♀\♂ l l
l ll ll
l ll ll

=> 100% de chatons poils longs ("ll")

Le gène poils courts est dominant par rapport au gène poils longs. Si nous croisons un homozygote à poils courts et un homozygote à poils longs, tous les chatons sont de phénotype poils courts, (Tableau 3), mais ils ont un gène poils longs dans leur génotype. En d'autres termes, ils sont Variants.

Tableau 3 : Croisement d'un poils courts et d'un poils longs
♀\♂ l l
L Ll Ll
L Ll Ll

=> 100% de variants ("Ll")

Ces croisements sont réalisés car les variétés poils courts correspondent souvent mieux aux standards de la race. Par ce biais, le type des variétés poils longs est amélioré. Dans le même temps, cela permet d’introduire du sang nouveau grâce à ces lignées extérieures. Les Variants obtenus grâce à ces croisements sont très importants dans le programme d'élevage des poils longs. De nos jours, la qualité des Variants égale celle des Orientaux purs.

 

Un cas de figure intéressant est le croisement de deux Variants (Tableau 4). Des poils courts comme des poils longs peuvent naître de ces croisements. Le problème est que l'on ne peut savoir si ces poils courts sont variants ou poils courts.

Tableau 4 : Croisement de 2 variants
♀\♂ L l
L LL Ll
l Ll ll

=> 25% de poils courts ("LL"), 25% de poils longs ("ll") et 50% de variants ("Ll")

Le Tableau 4 indique 25% de chance d'obtenir des chatons à poils courts purs, 25% à poils longs et 50% de variants.

Comme déjà noté plus haut, les Variants ont un phénotype identique aux poils courts purs, mais du point de vue du génotype, ils portent le gène "poils longs". Il est donc clair que l'on ne peut pas dire à ce stade lequel des chatons est variant ou lequel est pur poils courts.

La probabilité d’obtenir des chatons poils courts est de 75%. Parmi ces poils courts, la probabilité d’avoir affaire à un poil court pur est de 33,3%, celle d’être en face d’un variant est de 66,6%.

Quand un poils courts du Tableau 4 est mis à la reproduction, il doit, selon nous, être croisé une première fois avec un poils longs. Cela permet souvent de préciser son génotype. S’il donne naissance à des chatons à poils longs, on sait avec certitude qu'il s'agit d’un variant ; s’il n'y a que des chatons à poils courts, alors il y a de grandes chances qu'il s'agisse d'un poils courts pur.

Lorsqu’un poils courts du Tableau 4 est croisé à un poils courts pur, il y a de grandes chances d’introduire le gène poils longs dans la lignée initialement pure poils courts. Il n’est pas certain que les éleveurs de poils courts apprécient cela (Tableau 6).

 

Afin d’envisager toutes les possibilités, nous montrons 2 autres diagrammes, Le Tableau 5 représente le croisement d'un poils longs avec un Variant et le Tableau 6 celui d'un poils courts et d'un Variant.

Tableau 5 : Croisement d'un poils longs avec un Variant
♀\♂ L l
l Ll ll
l Ll ll

=> 50% de poils longs ("ll"), 50% de Variant ("Ll")

Tableau 6 : Croisement d'un poils courts et d'un Variant
♀\♂ L l
L LL Ll
L LL Ll

=> 50% de poils courts ("LL") et 50% de Variant ("Ll")

 

Selon nous, les chats "Orientaux" sont les plus actuels et les plus élégants chats du monde. LE CHAT, sans aucun doute.

 

[Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur]

 

En savoir davantage ?

Terminologie

(*) : terme défini dans le glossaire.

 

 

"L" par A Brisson ] [ "L" Balinais et Mandarins ] "L" interet des variants ] "L" quels chatons? ]