=> Navigation depuis la page accueil

=> Informations concernant la page

Véronique DUBOS

Mars 2002

Liens vérifiés le 18 mars 2007

"O" supplément d'infos torties

[Oriental seal tortie, Giga van Callisto]

Répartition et transmission des couleurs chez les chattes torties (ou écailles)

Les standards réclament souvent une répartition précise des plages rouges sur les chattes écailles. Si cela se justifie du point de vue esthétique, ces exigences n’ont en fait aucun support génétique.

[Oriental fawn tortie, Solarus Stargalaxy] [Oriental chocolat tortie]
Flamme appréciée sur le nez

Chattes écailles : quel dessin ?

Chaque cellule d’une chatte tortie contient deux chromosomes X (*) : un porteur de Xo (rouge), l’autre de X+ (brun) (figure 1, n1). [Divisions cellulaires initiales, concervant les 2 chromosomes X] Cellules initiales, exprimant leurs 2 chromosomes "X"
Inactivation au hasard d'un des 2 chromosomes "X"
Néanmoins chaque cellule n’exprime qu’un seul de ses chromosomes X. L’autre est mis "en veilleuse" (inactivé) à un stade très précoce du développement embryonnaire. Une cellule va exprimer son chromosome Xo alors que sa voisine peut exprimer son chromosome X+ (figure 1, n2). [Inactivation aléatoire d'un chromosome X dans chaque cellule] Cellules n'exprimant qu'un chromosome "X"
Prolifération clonale
Durant l’évolution de l’embryon puis du foetus, chaque cellule se multiplie et forme un petit clone de cellules, exprimant soit Xo, soit X+. Au niveau des cellules de la peau, certaines cellules expriment donc le roux, d’autres le "non roux", et cela de manière aléatoire. Le résultat visible est la coexistence de taches rousses et de taches brunes (noires, chocolat, etc.) (figure 1 n3). [Prolifération locale de chaque cellule et constitution de petits ilots colorés au niveau de la peau] Résultat visible au niveau de la peau :
* plages rousses
* plages non rousses

Figure 1 : Inactivation du chromosome X et conséquences sur le pelage des chattes écailles.
"Xo" : chromosome "X" porteur de O; "X+" : chromosome "X" non porteur de O; en minuscule : chromosomes "X" inactivés

 

  1. En corollaire, on conçoit bien que, l’expression de l’allèle O étant aléatoire, la répartition des taches est également aléatoire. Par conséquent :
  • Une chatte bien marquée n’est que le résultat d’un heureux hasard.
  • La répartition des taches d’une femelle n’est pas transmise à ses chatons. La couleur tortie est déterminée génétiquement (par la présence simultanée de Xo et de X+). Par contre, le type précis de dessin s’élabore "au petit bonheur la chance" au stade embryonnaire.
  • Chaque chatte écaille possède un dessin unique, personnel et individuel !
[Siamoise seal tortie point, Siau Tsjoe Anjelic Witcraft] [Siamois chocolat tortie point, Rediba d'Ago du Val de Chenneviéres] [Siamoise seal tortie point, Livadia Menam Chao Phraya] [Siamoise seal tortie point, Siau Tsj'oe Fifty-Fifty] [Siamoise seal tortie point, Ushiro Pai-Miau]
  1. Deuxième conséquence, il y a parfois des gags dans la répartition des taches. Qui dit répartition au hasard dit, bon an mal an, 50% de roux et 50% de "brun" mais certaines chattes farceuses sont presque entièrement "brunes" avec juste quelques taches rousses sous les coussinets par exemple. Cela peut expliquer certains pedigrees "aberrants", tel un mâle crème issu d’un père noir et d’une mère bleue : la mère étant en fait bleue-crème avec du crème très limité.
    [Balinais seal tortie tabby point, Cindy von der Alten Weide]
    Tortie avec beaucoup de roux
  2. Récemment, des chercheurs ont réussi à cloner un chat, ou plutôt une chatte, et une chatte tricolore (riche idée !). Et là, surprise (ou plutôt confirmation), la chatonne obtenue n’est pas une copie conforme de sa mère.
    Le hasard a fait que la cellule qui a donné naissance au chaton cloné était une cellule ayant inactivé son chromosome Xo : le chaton est brown tabby (et blanc) !! Il aurait tout aussi bien pu être roux (et blanc)…Mais certainement pas tricolore comme sa "mère"…
    Quand à la répartition du blanc chez un chat particolore, elle ne dépend pas uniquement de facteurs génétiques. La proportion de blanc chez le clone est ainsi différente de celle de sa "mère" origine du clone !

Chattes écailles et blanches, pourquoi de gros motifs ?

Chez le foetus, les cellules pigmentaires (mélanocytes) recouvrent le corps progressivement. Elles s’étalent "en nappes" puis prolifèrent (figure 2).

[Migration des mélanocytes sur la peau du foetus]

Figure 2 : Colonisation du territoire cutané du foetus par les cellules pigmentaires.

Chez une chatte écaille sans blanc, les cellules pigmentaires sont nombreuses. La compétition est rude pour coloniser le territoire cutané ! Il y a donc une juxtaposition serrée de mélanocytes roux et de mélanocytes bruns : les taches rousses et brunes sont petites, serrées, très imbriquées. Chez les chats avec blanc le nombre de cellules pigmentaires est réduit. Chaque clone cellulaire a ainsi plus de place pour s’étaler : la chatte présente de grosses taches rouges et brunes, bien séparées.

Chatte écaille sans blanc Chatte écaille avec blanc
[Orientale écaille sans blanc : mosaïque de petites taches] [Debby of Prischep Cats] [Orientale écaille avec blanc: grosses taches colorées] [Lamouflette des Clos Lucile]

 

Références : Grimm (1989), Brockdorff N. (1994)

 

[Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur]

 

En savoir davantage ?

Voir aussi

Pour davantage d'illustration, voir aussi

Liens intéressants

Terminologie

Ressources

Web francophone

Liens vers les écailles

Le clonage du chat dans la presse

Web non-francophone

Le clonage du chat dans la presse

Messybeast

 

"O" par A Brisson ] [ "O" supplem d'info torties ] "O" supplem d'info roux ] "O" quels chatons? ]